Phil Ochs ne veut pas que l’on se plaigne. Il veut juste qu’on lutte, et il le dit :

« Oh, tu me dis que ton dernier dollar est parti, et que tes poches sont vides, tu me dis que tes vêtements sont pleins de taches et de trous, et que personne ne semble s’en émouvoir. Eh bien ne me raconte pas tes problèmes, non, je n’ai pas de temps à perdre, mais si tu veux qu’on se mette ensemble pour se battre, c’est bon, mon vieux, c’est ça que j’ai envie d’entendre. Et tu me dis qu’une grosse machine graisseuse t’a pris ton boulot, et que tu ne ramasses plus de salaire, et que ton ventre a fondu. Bon, si j’avais des boulots à distribuer, tu sais bien que je le ferais. Mais ne perds pas ton souffle à crier mon nom, si tu n’as rien à dire. Et tu me dis que tu n’as rien à faire, que tu peux juste perdre ton temps, et tu dis que quand il te faut de la nourriture pour ta famille, tu dois faire la queue à la soupe populaire. Bon, c’est un péché et une vraie honte, la façon dont on te fait tourner en bourrique, mais tu sais que quand tu n’en pourras plus, je serai là pour toi. C’est que j’en ai vu beaucoup comme toi, et j’en verrai encore souvent, mais chaque saleté qui t’arrive est arrivée à de meilleurs que toi. Alors, inutile d’expliquer que tu es perdu, que tu n’as nulle part où aller : tu as une main et une voix, et tu n’es pas seul, mon frère, c’est tout ce que tu dois savoir. Et si tu te demandes encore où je veux en venir, je vais te dire de quoi il retourne : personne n’écoute un type tout seul qui tourne en rond. Alors, si tu cherches une réponse, elle est là, à tes côtés, et tu ne sauras jamais jusqu’où tu peux aller, jusqu’à ce que tu essayes avec d’autres. Alors, tu me dis que ton dernier dollar est parti, et que tes poches sont vides, tu me dis que tes vêtements sont pleins de taches et de trous, et que personne ne semble s’en émouvoir. Eh bien ne me raconte pas tes problèmes, non, je n’ai pas de temps à perdre, mais si tu veux qu’on se mette ensemble pour se battre, c’est bon, mon vieux, c’est ça que j’ai envie d’entendre. »

THAT’S WHAT I WANT TO HEAR

Oh, you tell me that your last good dollar is gone
And you say that your pockets are bare
And you tell me that your clothes are tattered and torn
And nobody seems to care

Now don’t tell me your troubles
No I don’t have the time to spare
But if you want to get together and fight
Good buddy that’s what I want to hear

And you tell me that your job was taken away
By a big ol’ greasy machine
And you tell me that you don’t collect no more pay
And your belly is growing lean

Now if I had the jobs to give
You know I’d give them all a way
But don’t waste your breath calling out my name
If you don’t have nothing to say

And you tell me that you don’t have nothing to do
And you keep on wasting your time
And you say when you want to get your family some food
You gotta stand in a relief line

Now it’s a sin and a bloody shame
‘Bout the way they’re pushing you ’round
But when you decide not to take no more
You know I’ll put my money down

‘Cause I’ve seen your kind many times before
And I’ll see ’em many times again
Oh, but every bad thing that’s happened to you
Has happened to better men

So don’t explain that you’ve lost your way
That you’ve got no place to go
You’ve got a hand and a voice and you’re not alone
Brother that’s all you need to know

And if you’re still wondering what I’m trying to say
Let me tell you what it’s all about
Now nobody listens to a single man
When he’s walkin’ ’round down and out

So if you’re looking for an answer
He’s standing there by your side
And you’ll never really know how far you’ll go
‘Til you join together and try

So you tell me that your last good dollar is gone
And you say that your pockets are bare
And you tell me that your clothes are tattered and torn
And nobody seems to care

Now don’t tell me your troubles
No I don’t have the time to spare
But if you want to get together and fight
Good buddy that’s what I want to hear