On trouve sur ce site, dans la version de Paul Robeson, la chanson Joe Hill, composée par Earl Robinson sur un poème d’Alfred Hayes en hommage au martyr des wobblies, ces syndicalistes révolutionnaires des IWW pour lesquels la chanson était une arme de combat.

Cette version, enregistrée au festival de Woodstock en 1969 par Joan Baez est sans doute la plus célèbre.

Le militant avait été fusillé à Salt Lake City en 1915 sur de fausses accusations de meurtre, victime de la chasse aux rouges et d’un complot des patrons des mines de cuivre. Mais Joe Hill n’est pas mort, dit la chanson : on le trouve debout partout où les hommes luttent pour leurs droits, dans chaque mine dans chaque filature, là où des travailleurs sont en grève, Joe Hill continue à les organiser.

https://www.youtube.com/watch?v=3p4vKd6tNO8


JOE HILL

I dreamed I saw Joe Hill last night,
Alive as you or me
Says I, « But Joe, you’re ten years dead, »
« I never died, » says he.
« I never died, » says he.

« In Salt Lake, Joe, » says I to him,
Him standing by my bed,
« They framed you on a murder charge, »
Says Joe, « But I ain’t dead, »
Says Joe, « But I ain’t dead. »

« The copper bosses killed you, Joe,
They shot you, Joe, » says I.
« Takes more than guns to kill a man, »
Says Joe, « I didn’t die, »
Says Joe, « I didn’t die. »

And standing there as big as life
And smiling with his eyes
Says Joe, « What they forgot to kill
Went on to organize,
Went on to organize. »

« Joe Hill ain’t dead, » he says to me,
« Joe Hill ain’t never died.
Where working men are out on strike
Joe Hill is at their side,
Joe Hill is at their side. »

From San Diego up to Maine,
In every mine and mill –
Where working men defend their rights
It’s there you’ll find Joe Hill.
It’s there you’ll find Joe Hill.

I dreamed I saw Joe Hill last night,
Alive as you or me
Says I, « But Joe, you’re ten years dead »,
« I never died, » says he.
« I never died, » says he.