Les Weavers, après le départ de Pete Seeger, ont brièvement continué bon an mal an leur carrière, et l’absence dans leur chœur de la voix de Seeger ne les a pas empêché de demeurer reconnaissables, entre autres grâce aux voix de Ronnie Gilbert et de Lee Hays, mais aussi grâce à leurs arrangements toujours impeccables. C’est dans cette nouvelle composition (malgré la photo qui illustre la chanson) qu’ils chantent ici une chanson empruntée au répertoire de Cisco Houston, sur le travail sur les chantiers du chemin de fer, où il faut creuser, creuser le roc, à coups de marteau et à coups d’explosifs. La chanson décrit leur situation avec humour. Le refrain précise que les hommes travaillent toute la journée pour avoir du sucre dans leur thé. Et celui qu’une explosion prématurée a fait sauter en l’air se voit retenir sur sa paye le temps ainsi perdu.

DRILL YE TARRIERS DRILL

Now every morning at seven o’clock
There is twenty tarriers working on the rock
The boss comes around and he says, « Keep still,
And come down heavy on the cast iron drill.

Chorus:
And drill, ye tarriers, drill »
And drill, ye tarriers, drill
Well you work all day for the sugar in your tay
Down beyond the railway
And drill, ye tarriers, drill
And blast, and fire.

Now the boss was a good man down to the ground
And he married a lady six feet ’round
She baked good bread and she baked it well
But she baked hard as the holes in the Hell

(Chorus)

Well now our new foreman was Jim McCann
By God, he was a blaming man
Last week a premature blast went off
And a mile in the air went big Jim Goff.

(Chorus)

Well the time next payday came around
Jim Goff a dollar short was found
When asked what for came this reply
« You were docked for the time you were up in the sky. »

(Chorus)