On pourrait écouter cette chanson, écrite sur une musique traditionnelle par Millard Lampell pour les Almanac Singers, avec Pete Seeger dans le rôle de l’interprète unique, à la voix et au banjo, comme une simple et jolie chanson anti-guerre, plus ou moins intemporelle, parce qu’il est toujours temps de lutter contre la guerre. Il s’agit juste de la description d’un jeune homme mort un jour sans que qui que ce soit puisse en donner la raison : il était grand, fort, et en bonne santé. On l’a pourtant retrouvé les yeux fermés et le cœur froid, et le seul indice sur les causes de sa mort était une baïonnette plantée dans son flanc. D’une certaine manière, l’effet dramatique semble repris, au petit pied, de celui du Dormeur du Val d’Arthur Rimbaud.

Mais voilà : cette chanson anti-guerre n’a jamais plus été chantée depuis cet enregistrement. Le disque lui-même, le premier disque des Almanac Singers a été passé au pilon à peine plus d’un mois après sa sortie. Il avait fallu quelques mois pour le réaliser. L’idée était sans doute née dans le courant du 3e trimestre de 1940. Le temps de concevoir le projet, d’écrire les chansons, et autres considérations matérielles, c’est en mars 1941 qu’ont lieu les séances d’enregistrement. Il avait entre autres fallu régler différents problèmes de financement, aucune maison n’acceptant de publier des chansons sujettes à controverse, et au surplus chantées par un groupe racialement mixte (avec la participation de Josh White, un bluesman noir de la Côte Est). Bref, le disque n’était en définitive sorti qu’en mai. Mais fin juin, il était enterré. On détruirait les exemplaires disponibles. On oublierait tout.

L’album s’appelait Songs For John Doe, Chansons pour John Doe – John Doe étant le nom générique d’un américain moyen. La chanson ci-dessous est précisément The Strange Death Of John Doe, L’Étrange mort de John Doe. Mais évoquons un peu l’étrange mort de cet album. Il n’y avait rien d’anodin, en 1941, à publier aux États-Unis un album de chansons anti-guerre. Les Almanac Singers avaient tous été des antifascistes actifs. Ils chantaient par exemple les chansons sur la guerre d’Espagne rapportées aux États-Unis par les brigadistes de la Brigade Lincoln. Mais comme on le sait, en août 1939 intervenait le plus que contesté Pacte Germano-soviétique, ou Pacte Molotov-Ribbentrop. Les Almanac Singers étaient de fidèles partisans du parti communiste des USA (la plupart d’entre eux en étaient membres), et le parti communiste, section étasunienne d’une Internationale communiste dont la diplomatie soviétique fixait la ligne, évoquait désormais la guerre en Europe comme une guerre entre impérialismes, qui ne concernait pas les travailleurs. Il fallait donc se battre contre ceux qui aux USA, étaient favorables à l’entrée en guerre de ce pays, et en premier lieu, l’Administration Roosevelt, qui ne cachait pas sa volonté de soutenir la Grande Bretagne dans ce conflit. Il fallait pour cela se battre sur le seul terrain possible : celui du pacifisme. Telle est donc l’origine de ce disque (dont on trouve sur ce site une autre chanson, très explicitement dirigée contre Roosevelt, Ballad Of October 16th). L’origine de son passage au pilon est l’agression hitlérienne contre l’Union Soviétique, qui commence le 22 juin 1941. L’Internationale change alors de politique, et déclare que la guerre contre les nazis est une nécessité pour les classes ouvrières du monde. Le parti communiste des USA, et donc les Almanac Singers et leurs membres entrent alors en campagne pour l’entrée en guerre des États-Unis. Plusieurs chansons sur ce site témoignent de cette activité (voir en particulier le What Are We Waiting For de Woody Guthrie) ou l’enregistrement du Round And Round Hitler’s Grave des Almanac eux-mêmes). Cette entrée en guerre aura lieu quelques mois plus tard, après le bombardement de Pearl Harbour, le 7 décembre 1941.

Mais faisons mine d’oublier son origine peu glorieuse : voici une jolie chanson anti-guerre, plus ou moins intemporelle…

THE STRANGE DEATH OF JOHN DOE

I’ll sing you a song and it’s not very long.
It’s about a young man who never did wrong;
Suddenly he died one day.
The reason why, no one could say.

He was tall and long and his arms were strong,
And this is the strange part of my song;
He was always well from foot to head,
And then one day they found him dead.

They found him dead so I’ve been told,
His eyes were closed, his heart was cold;
Only one clue to why he died –
A bayonet sticking in his side