Ry Cooder, un musicien blanc né en 1947 à Los Angeles, est d’abord l’un des meilleurs guitaristes à s’être approprié le style de jeu caractéristique du blues du delta du Mississippi, en particulier avec l’emploi du slide, ou bottleneck, qui lui permet de faire glisser ses accords avec un son très particulier. Au cours d’une longue carrière commencée vers 1960, il a assez peu enregistré pour lui-même, et a surtout été un musicien de studios, accompagnant les artistes les plus divers et les plus grands. On le trouve ainsi aux côtés de Randy Newman comme des Rolling Stones, d’Arlo Guthrie comme de Buffy Sainte-Marie, Neil Young, Judy Collins, Eric Clapton, Van Morrison, ou encore de grands musiciens de blues, comme John Lee Hooker ou Clarence Gatemouth Brown, et même le malien Ali Farka Touré.

Il joue ici et chante une chanson de Woody Guthrie, écrite sous la forme d’un blues, Vigilante Man : une chanson sur les agents de sécurité des compagnies de chemin de fer, à la chasse aux hobos, ces vagabonds des trains, mais aussi, le cas échéant, à la chasse aux syndicalistes : ces mêmes agents de sécurité contre lesquels le Railroad Bill de la chanson que l’on trouve sur ce site dans la version de Ramblin’ Jack Elliott avait lui-même dû s’armer.

Ry Cooder donne une version assez épurée de la chanson de Guthrie, avec un formidable accompagnement de guitare slide, et la ramenant quant au texte à l’essentiel, mais contrairement à la version donnée antérieurement en disque, il chante le couplet dans lequel Guthrie rend les vigilante men responsables de la mort de Casey, ce personnage des Raisins de la colère qu’il évoque par ailleurs dans sa chanson Tom Joad, présente sur ce site. On trouvera ci-dessous le texte complet de la chanson, dans l’ordre de la version donnée par Ry Cooder, en laissant entre crochets les couplets de Woody Guthrie qui ne sont pas chantés.

Ces vigilante men, ces agents de sécurité armés sont partout, à traquer les malheureux qui cherchent un abri dans les wagons des trains de marchandise. Ils sont ainsi des symboles d’une société qui n’a que la répression à opposer à la pauvreté.

« Avez-vous vu ce agent de sécurité ? J’ai entendu son nom dans tout le pays. […] Pourquoi porte-t-il un genre de fusil dans sa main ? Est-ce qu’il tuerait son frère ou sa sœur ? »

VIGILANTE MAN

Have you seen that vigilante man?
Have you seen that vigilante man?
Have you seen that vigilante man?
I’ve been hearing his name all over the land.

[Well, what is a vigilante man?
Tell me, what is a vigilante man?
Has he got a gun and a club in his hand?
Is that is a vigilante man?]

Rainy night down in the engine house,
Sleepin’ just as still as a mouse,
Man come along chased us out in the rain.
Was that a vigilante man?

[Stormy days we passed the time away,
Sleepin’ in some good warm place.
Man come along an’ we give him a little race.
Was that a vigilante man?]

Preacher Casey was just a workin’ man,
And he said, « Unite all you working men. »
They killed him in the river some strange man.
Was that a vigilante man?

[I rambled ’round from town to town,
Now I rambled ’round from town to town,
And they herded us around like a wild herd of cattle.
Was that the vigilante men?]

Tell me why does a vigilante man,
Tell me why does a vigilante man
Carry that sort of shot-gun in his hand?
Would he shoot his brother and sister down?

Have you seen that vigilante man?
Have you seen that vigilante man?
Have you seen that vigilante man?
I’ve been hearing his name all over the land.