Il est facile de comprendre à quel genre ressortit cette chanson de Leadbelly, qu’il a enregistrée à plusieurs reprises, avec des variantes mineures. Les cris d’effort qu’il pousse à la fin de certains vers laissent clairement entendre qu’il s’agit d’un chant de travail, destiné à accompagner les gestes lourds des terrassiers ou des bûcherons – ou des prisonniers attachés à tel ou tel travail de force. La référence au costume à rayures et aux chaînes qui entravent ses pieds complète le tableau : c’est une chanson de prisonniers. Et d’ailleurs, le début de la chanson évoque la façon dont celui qui chante s’est retrouvé là : « lundi dernier (la plupart des autres versions disent plutôt : un lundi), j’ai été arrêté, un mardi on m’a mis en prison, un mercredi j’ai eu mon procès, un jeudi, il n’y avait personne pour payer ma caution. Je suis presque fichu. »

Mais il y a assurément autre chose que le travail dans toute cette histoire. Quel est le sens de la référence dans le refrain aux « yellow women », les « femmes jaunes », sans doute les prostituées, mais peut-être aussi simplement les femmes noires à la peau claire, qui constituent un stéréotype important de séductrices (dans une autre chanson, Leadbelly chante les mérites de sa « yellow gal », sa « fille jaune ») ? Qu’est-ce qu’il se jure bien de ne pas leur apporter. Les transcription habituelles disent qu’il ne veut leur apporter aucun « seau ». Mais le sens de ce refus est peu clair, et peut-être faudrait-il entendre un autre mot. Quant au dernier couplet, ce sont des mésaventures amoureuses qu’il évoque. Son amie le met à la porte, puis discute avec lui, et en fin de compte met tous ses vêtements au clou. Questions d’amour ? Questions d’argent ? Un rapport quelconque avec le pénitencier ? Une part de la poésie du texte réside dans ces petits mystères. Sans doute, les prisonniers qui chantent ne se racontent-ils pas seulement des histoires de prisonniers, mais évoquent aussi leur temps jadis, et les mésaventures de leur vie…

Voici quoi qu’il en soit l’une des chansons les plus représentatives de Leadbelly.


ON A MONDAY

Last Monday, I was arrested
On a Tuesday, I was locked up in jail
On a Wednesday, my trial was attested
On a Thursday, nobody would go my bail

Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
And I ain’t gonna bring them yellow women no pail

Take these stripes, stripes from around my shoulder
Take these chains, these chains from around my legs
Lord, these stripes, stripes sure don’t worry me
But these chains, chain’s about to kill me dead

Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
And I ain’t gonna bring them yellow women no pail

On saturday, my baby went a-walking
On a sunday, she locked me outa the door
On a monday, we were sitting down a-talking
On a tuseday, she had pawned all of my clothes

Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
Yes I’m all, almost done,
And I ain’t gonna bring them yellow women no pail