Paul Robeson avait l’obsession de la lutte politique pour les droits de son peuple, les Noirs américains. Ses interprétations du répertoire classique des Gospels et autres Negro Spirituals s’en ressentent. L’appel à la délivrance des hébreux comme les messages des prophètes lui apparaissent toujours comme annonçant à son propre peuple la délivrance.

Mathieu Renault écrit ainsi : « Le sens profond des spirituals, assure Robeson, n’est pas religieux mais social. Comme l’affirmait déjà l’ex-esclave et militant abolitionniste Frederick Douglass, le « paradis » mentionné dans un chant tel que Heab’n (heaven) ne désigne rien d’autre que les États du Nord vers lesquels les esclaves fuyaient. Une grande partie des chants populaires africains-américains, dit Robeson, étaient des « chants de protestation » manifestant « l’esprit révolutionnaire des travailleurs noirs, leur haine des exploiteurs et leur soif de lutte pour leurs droits humains et leur liberté. » »

C’est d’abord et surtout le prophète Daniel qui est ici évoqué, celui que sa foi avait sauvé lorsqu’il avait été jeté par Darius dans la fosse aux lions. C’est aussi les trois enfants qui lui sont associés dans la Bible, Ananias, Azarias et Misaël, sauvés de la fournaise où ils avaient été jetés. Plus curieusement, c’est également Jonas, échappant à la baleine : une histoire qui n’a rien à voir avec les précédentes, et surtout n’évoque pas de persécutions, mais pose également l’affirmation que la foi peut libérer ; pose, autrement dit, le grand thème retenu de la Bible par les artistes afro-américains en général, et par Paul Robeson en particulier – une compréhension qui rejoint celle des théologiens et talmudistes progressistes.

Mon Seigneur n’a-t-il pas délivré Daniel de l’antre du lion, Jonas du ventre de la baleine, et les enfants hébreux de la terrible fournaise ? Et pourquoi pas chacun d’entre nous ?

Le second couplet de la chanson affirmait : « Jesus will be mine », j’aurai Jésus pour moi. Robeson l’adapte pour lui donner son sens profond : « Freedom shall be mine », à moi la liberté !


DIDN’T MY LORD DELIVER DANIEL?

Chorus:
Didn’t my Lord deliver Daniel?
Deliver Daniel, deliver Daniel?
Didn’t my Lord deliver Daniel?
And why not every man?

He delivered Daniel from the lion’s den
Jonah from the belly of the whale
And the Hebrew children from the fiery furnace
An why not every man?

(Chorus)

The moon runs down in a purple stream
The sun refused to shine
Every star did disappear
Yes, freedom shall be mine

(Chorus)