Richie Havens a été un interprète privilégié de Bob Dylan. Interprète au sens fort, dans la mesure où loin de « faire du Dylan », il s’appropriait ses chansons et les faisait siennes, leur donnant des arrangements bien à lui, qui mêlent folk, soul et rythm and blues, adaptant en tant que de besoin la mélodie et parfois le texte…

Il chante ici Maggie’s Farm, une chanson qui figurait dans l’album de 1965 de Dylan, Bringing It All Back Home. Certains interprètes ont cru considérer que l’oppression dont entend se libérer l’artiste dans cette chanson est celle de l’idiome Folk. Et cette interprétation colle à merveille, tant avec le texte de la chanson qu’avec le contexte de sa parution : l’époque où Dylan s’affranchissait effectivement du genre qu’il avait illustré jusqu’alors ; la place prise par cette chanson lors du mini-scandale du Festival de Newport cette même année va dans ce sens. Les tenants du show-business folk en prennent alors pour leur grade. Mais on peut aussi lire la chanson au premier degré – et c’est ce qui permet de l’écouter cinquante ans plus tard – comme une chanson protestataire, dénonçant l’exploitation en général, ou comme un équivalent américain violent et révolté du « Ces gens là » de Jacques Brel, avec sa galerie de portraits à l’acide. Dylan lui-même y voit un héritage de sa culture du blues. Citant un vieux classique qu’il avait appris dans sa jeunesse et qui disait : « Faites rouler le coton, ouais, faites le rouler / Dix dollars par jour, c’est la paye d’un homme blanc / Un dollar par jour c’est la paye d’un homme noir / faites rouler le coton! », il ajoutait : si vous aviez chanté cette chanson autant de fois que moi, vous auriez écrit « Je ne vais plus travailler sur la ferme de Maggie » vous aussi !


MGGIE’S FARM

Well I ain’t gonna work on Maggie’s farm no more, no more
Said I ain’t gonna work on Maggie’s farm no more, no more
Well, I wake up in the morning
Fold my hands and pray for rain
Got a head full of ideas
That are drivin’ me insane
It’s a shame the way she makes me scrub the floor
Well I ain’t gonna work on Maggie’s farm no more, no more

Well I ain’t gonna work for Maggie’s brother no more, no more
Said I ain’t gonna work for Maggie’s brother no more, no more
Well, he hands me a nickel
He hands me a dime
And he asks me with a grin
Gonna have another time
Then he fines me every time I slam the door
Well I ain’t gonna work for Maggie’s brother no more, no, no more

I ain’t gonna work for Maggie’s pa no more, no more
Said, I ain’t gonna work for Maggie’s pa no more, no more
Well, he puts his cigar
In my face just for kicks
His bedroom window
It is made out of bricks
The National Guard stands around his door
I ain’t gonna work for Maggie’s pa no more, no more

Well I ain’t gonna work for Maggie’s ma no more, no more
Said, I ain’t gonna work for Maggie’s ma no more, no more, no more
Well, she talks to all the servants
About man and God and law
And everybody told me
She’s the brains behind pa
She’s sixty-nine, but says she’s fifty-four
Well I ain’t gonna work for Maggie’s ma no more, no more

Well I ain’t gonna work on Maggie’s farm no more, no more, no more
Said, I ain’t gonna work on Maggie’s farm no more, no more
Well, I try my best
To be just like I am
But everybody wants me
To be just like them
They say sing while you slave and I just get bored
Well I ain’t gonna work, ain’t gonna work, aint gonna work on Maggie’s farm no more, no more

No more…
Ain’t gonna work, no more….