Both Sides Now est sans doute l’une des plus abouties des chansons de Joni Mitchell. Elle est en tous cas sa plus fameuse et la plus reprise. On la trouve sur ce site dans plusieurs interprétations : la sienne, celle de Judy Collins qui l’a fait connaître dès 1967, et celle, très personnelle, de Dave Van Ronk, qui l’a enregistrée le premier et la chante sous son titre original, Clouds. Sa version était promise à un grand succès, mais a été éclipsée par celle, plus traditionnelle, de Judy Collins. La voici chantée en duo par Joni Mitchell et Pete Seeger, toujours attentif à ce que la jeune génération produisait de mieux. Il l’accompagne discrètement, avant de compléter seul la chanson par des couplets de sa composition, où il s’adresse à Joni Mitchell en l’appelant « ma fille », comme un aîné qui tente d’apporter la sagesse de son optimisme à une jeune femme qui exprime son trouble et ses difficultés face à une existence qu’elle semble redécouvrir avec un sombre étonnement. Ces couplets datent de 1969, l’année même où Joni Mitchell l’avait enregistrée : Pete Seeger venait d’atteindre l’âge de 50 ans, et découvrait dans le travail poétique de Joni Mitchell un univers où il désirait prendre une place un peu paternelle. La chanson figure avec ses couplets additionnels dans son album destiné aux enfants et aux personnes âgées intitulé Young vs Old, Les Jeunes contre les Vieux.

La jeune femme découvre qu’elle ne connaît rien, ni aux nuages, ni à l’amour, ni à la vie. Et celui qui, à sa mesure, joue le rôle du vieil homme, lui dit qu’elle n’est pas la seule dans son cas, mais qu’avant de partir, il tient à affirmer que cela vaut le coup de toutes façons, et que chacun comme chacune pourra faire face au soleil qui se dérobe.


BOTH SIDES NOW

Rows and flows of angel hair
And ice cream castles in the air
And feather canyons everywhere
I’ve looked at clouds that way

Now they only block the sun
They rain and snow on everyone
So many things I would have done
Clouds got in my way

Oh I’ve looked at clouds from both sides now
From up and down, and still somehow
It’s cloud illusions I recall
I really don’t know clouds at all

Moons and Junes and Ferris wheels
The dizzy dancing way you feel
As ev’ry fairy tale comes real
I’ve looked at love that way

But now it’s just another show
You leave ‘em laughing when you go
And if you care, don’t let them know
Don’t give yourself away

I’ve looked at love from both sides now
From give and take, and still somehow
It’s love’s illusions I recall
I really don’t know love at all

Tears and fears and feeling proud
To say « I love you » right out loud
Dreams and schemes and circus crowds
I’ve looked at life that way

But now old friends are acting strange
They shake their heads, they say I’ve changed
Well something’s lost, but something’s gained
In living every day

I’ve looked at life from both sides now
From win and loose and still somehow
It’s life’s illusions I recall
I really don’t know life at all

Daughter, daughter, don’t you know
You’re not the first to feel just so?
But let me say, before I go,
It’s worth it any way:

Some day we all may be surprised,
We’ll wake, and open up our eyes
And then we all will realize
The whole world feels this way:

We’ve all been living upside down
And turned around, with love unfound
Until we turn and face the sun
Yes all of us, everyone.