Joan Baez avait 17 ans lorsqu’elle a enregistré son premier album, en 1958, intitulé Joan Baez In San Francisco. Quatre ans plus tôt, elle avait assisté à un concert de Pete Seeger… New-York n’apparaît pas encore comme la Mecque du folksong, et le grand mouvement de Folk Revival est encore à venir. Seuls quelques rares pionniers et quelques héritiers de la génération précédente propagent cette musique, qui va dans des années qui suivent se développer comme « mode » et devenir un puissant mouvement culturel, qui fécondera son temps. Il y a bien sûr Pete Seeger, qui fait déjà figure de vétéran, et Cisco Houston. Parmi les plus jeunes, ceux qui seront les aînés de la génération montante, comme Jack Elliott et Odetta, l’idole de la jeune Joan, qui l’encouragera bientôt à engager sérieusement sa carrière.

Dans cet album, on trouve plusieurs chanson de calypso, un genre qui connaissait une certaine vogue, et des chansons afro-américaines. Des thèmes féministes et démocratiques, comme dans Annie Had a Baby ou Man Smart, Women Smarter. Des chansons de lutte comme Oh Freedom, avant le grand développement des luttes pour les droits civiques, et ce classique de la chanson ouvrière, dont on trouve sur ce site la version originale par son auteur, Merle Travis, avec dans la notice quelques détails sur les origines de la chanson.

DARK AS A DUNGEON

Come all young fellows, so bold and so fine,
And seek not your fortune way down in the mine.
It will form as a habit and seep in your soul,
‘Till the stream of your blood is as black as the coal.

It’s dark as a dungeon and damp as the dew,
Where the danger is double and pleasures are few,
Where the rain never falls and the sun never shines
It’s dark as a dungeon way down in the mine.

Oh it’s a-many a man I have seen in my day,
Who lived just to labor his whole life away.
Like a fiend with his dope and a drunkard his wine,
A man must have lust for the lure of the mines.

It’s dark as a dungeon and damp as the dew,
Where the danger is double and pleasures are few,
Where the rain never falls and the sun never shines
It’s dark as a dungeon way down in the mine.

I hope when I’m gone and the ages shall roll,
My body will blacken and turn into coal.
Then I’ll look from the door of my heavenly home,
And pity that miner a-diggin’ my bones.

It’s dark as a dungeon and damp as the dew,
Where the danger is double and pleasures are few,
Where the rain never falls and the sun never shines
It’s dark as a dungeon way down in the mine.