Le jeune Bob Dylan était hanté par la figure de Woody Guthrie. Il connaissait ses chansons par cœur et se rendait parfois à l’hôpital où Guthrie achevait ses jours pour lui en chanter quelques unes. Sans doute lui a-t-il ainsi chanté Ramblin’ Round, qu’on entend ici, enregistrée clandestinement chez une amie, en 1961.

C’est une des chansons d’errance de Woody Guthrie, une de celles qu’il a consacrées à ce qu’il appelait « son peuple », celui de ces petits paysans chassés de leurs terres par la misère, et qui erraient de ville en ville à la recherche d’un petit boulot… Elle a été souvent reprise, et l’on trouvera par exemple sur ce site la version de Barbara Dane.

RAMBLIN’ ROUND

Ramblin’ around your city,
Ramblin’ around your town,
I never see a friend I know
As I go ramblin’ ’round boys,
As I go ramblin’ ’round.

My sweetheart and my parents
I left in my old hometown
I’m out to do the best I can
As I go ramblin’ round

The peach trees they are loaded,
The limbs are bending down,
I pick ’em all day for a dollar,
As I go a ramblin’ ’round boys,
As I go a ramblin’ ’round.

Sometimes the fruit gets rotten
And falls upon the ground,
There’s a hungry mouth for every peach
As I go a ramblin’ ’round boys,
As I go a ramblin’ ’round.

I wish that I could marry,
So I could settle down,
But I caint save a penny
As I go a ramblin’ ’round boys,
As I go a ramblin’ ’round.

My mother prayed that I would be
A man of some renown,
But I’m just a railroad bum
As I go a ramblin’ ’round boys,
As I go a ramblin’ ’round.