Dans cette chanson, tirée du premier album commercial de Woody Guthrie, Dust Bowls Ballads, en 1940, Guthrie se met comme à son habitude dans la peau d’un de ces paysans ruinés par les spéculateurs et les banquiers, et réduit à errer de ville en ville, maltraités par la police. C’est là un drôle de monde : le joueur est riche et le travailleur est pauvre, et je n’ai plus de foyer…

La mélodie, et pour une part le texte, sont empruntés à la chanson d’inspiration religieuse enregistrée par la famille Carter en 1931, Can’t Feel At Home. On retrouve ce genre de reprise et de subversion de vieilles chansons très souvent dans l’œuvre de Guthrie.

I AIN’T GOT NO HOME

I ain’t got no home, I’m just a-roamin’ ’round,
Just a wandrin’ worker, I go from town to town.
And the police make it hard wherever I may go
And I ain’t got no home in this world anymore.

My brothers and my sisters are stranded on this road,
A hot and dusty road that a million feet have trod;
Rich man took my home and drove me from my door
And I ain’t got no home in this world anymore.

Was a-farmin’ on the shares, and always I was poor;
My crops I lay into the banker’s store.
My wife took down and died upon the cabin floor,
And I ain’t got no home in this world anymore.

Now as I look around, it’s mighty plain to see
This world is such a great and a funny place to be;
Oh, the gamblin’ man is rich an’ the workin’ man is poor,
And I ain’t got no home in this world anymore.