Johnny Cash occupe une place singulière dans l’histoire de la musique folk. Son répertoire va bien au delà de ce genre musical, et le rapprocherait plutôt de ce qu’on a coutume d’appeler la Country Music, sa cousine populaire. En réalité, les rapports complexes existant entre « folk » et « country » mériteraient de longs développements, dans la mesure où, si ce n’est pas vraiment la même chose, ce ne sont pas non plus des choses totalement étrangères.

Cash devait épouser June Carter, fille de AP et de Maybelle Carter qui avaient, dans les années trente, enregistré surabondamment le patrimoine musical de la tradition blanche du sud-est des USA.

Il apparait ici dans le show télévisé de Pete Seeger, Rainbow Quest, sur lequel je reviendrai. June Carter et Pete Seeger lui donnent la réplique dans une chanson consacrée aux torts causés aux indiens par la rupture des traités passés avec eux. Un engagement – signé par George Washington lui-même – leur garantissait le droit à conserver leurs territoires « aussi longtemps que l’herbe poussera, aussi longtemps que les rivières couleront… » Engagement vite oublié et trahi.