Très tôt, Bob Dylan a refusé l’étiquette de « protest-singer » qui lui était attachée. Devenu à moins de 25 ans une véritable icône protestataire, il se trouvait à l’étroit dans ce costume. Sa véritable vocation était ailleurs, dans une poésie profonde et foisonnante…

Il est pourtant difficile de prendre ces « protestations » au pied de la lettre : le nombre de chansons directement, explicitement politiques du jeune Dylan n’est pas une invention des médias ou d’une jeunesse en quête d’idole. Si Dylan a presque rompu avec la chanson politique à partir de son album « Another Side Of Bob Dylan », il ne s’est pas privé d’y revenir à l’occasion (par exemple avec une chanson sur l’assassinat de George Jackson, ou une autre à la mémoire des époux Rosenberg). Mais ce qui peut sembler incroyable, ce sont ses déclarations suivant lesquelles il n’avait jamais été un chanteur « engagé », malgré tant et tant de témoignages : témoignages qui ne sont pas seulement ses chansons elles-mêmes, mais aussi son activité, comme sa participation à la célèbre « Marche sur Washington » en 1963.

Sans doute a-t-il reçu à cette époque l’influence de Joan Baez, un temps sa compagne, dont l’engagement était une dimension importante de sa vie. Et en toute hypothèse, son admiration quasi mimétique pour Woody Guthrie allait jusqu’à la sensibilité politique de son héros.

Cette chanson (dont on trouvera sur ce site une version par Pete Seeger) est une illustration de notre paradoxe. Si son caractère politique, dans le contexte de la guerre froide, ne fait aucun doute – il s’agit d’un cri d’alarme sur le risque d’un conflit nucléaire – Dylan lui a toujours contesté ce caractère, insistant pour qu’on n’y voit qu’une succession d’images poétiques. Et il est vrai que l’écriture, sa richesse, sa profondeur, est la principale caractéristique de ce texte. Lorsque le grand poète de la « Beat Generation », Allan Ginsberg, la découvrit pour la première fois, il déclara que le relais était désormais pris, et que sa génération pouvait prendre sa retraite.

Quoi qu’il en soit, voici une chanson écrite dans l’urgence, dont chaque vers pourrait être lui-même le début d’une chanson : comme s’il avait fallu tout dire avant que ne tombe la pluie d’acier et de feu de la troisième guerre mondiale.


A HARD RAIN’S A GONNA FALL

Oh, where have you been, my blue-eyed son?
Oh, where have you been, my darling young one?
I’ve stumbled on the side of twelve misty mountains
I’ve walked and I’ve crawled on six crooked highways
I’ve stepped in the middle of seven sad forests
I’ve been out in front of a dozen dead oceans
I’ve been ten thousand miles in the mouth of a graveyard
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, and it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall

Oh, what did you see, my blue-eyed son?
Oh, what did you see, my darling young one?
I saw a newborn baby with wild wolves all around it
I saw a highway of diamonds with nobody on it
I saw a black branch with blood that kept drippin’
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin’
I saw a white ladder all covered with water
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken
I saw guns and sharp swords in the hands of young children
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall

And what did you hear, my blue-eyed son?
And what did you hear, my darling young one?
I heard the sound of a thunder, it roared out a warnin’
Heard the roar of a wave that could drown the whole world
Heard one hundred drummers whose hands were a-blazin’
Heard ten thousand whisperin’ and nobody listenin’
Heard one person starve, I heard many people laughin’
Heard the song of a poet who died in the gutter
Heard the sound of a clown who cried in the alley
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall

Oh, who did you meet, my blue-eyed son?
Who did you meet, my darling young one?
I met a young child beside a dead pony
I met a white man who walked a black dog
I met a young woman whose body was burning
I met a young girl, she gave me a rainbow
I met one man who was wounded in love
I met another man who was wounded with hatred
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall

Oh, what’ll you do now, my blue-eyed son?
Oh, what’ll you do now, my darling young one?
I’m a-goin’ back out ’fore the rain starts a-fallin’
I’ll walk to the depths of the deepest black forest
Where the people are many and their hands are all empty
Where the pellets of poison are flooding their waters
Where the home in the valley meets the damp dirty prison
Where the executioner’s face is always well hidden
Where hunger is ugly, where souls are forgotten
Where black is the color, where none is the number
And I’ll tell it and think it and speak it and breathe it
And reflect it from the mountain so all souls can see it
Then I’ll stand on the ocean until I start sinkin’
But I’ll know my song well before I start singin’
And it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard, it’s a hard
It’s a hard rain’s a-gonna fall